Votre enfant ne vous écoute plus ! Entre autorité et éducation, comment trouver le juste équilibre ?

« Aujourd’hui de plus en plus de parents viennent me voir en consultation car ils se sentent dépassés par leur enfant ».

Analyse de la situation et conseils sur les situations conflictuelles avec votre enfant : « Criez ne sert à rien »

Don't make promises you're not going to keep!
Un jeune garçon réprimandant son père à la maison

A la maison comme à l’école votre enfant devient de plus en plus difficilement gérable :

  • Il coupe la parole des adultes,
  • il veut décider de tout, se mêler de tout,
  • il veut avoir raison sur tout,
  • les enseignants le signalent comme inattentif ou faisant le clown en classe.

En tant que parent, vous avez toujours été très attentifs à son épanouissement. Votre enfant n’a jamais manqué d’amour et d’attention.

« Au contraire, ce qui a manqué c’est d’autorité et de repères. »

L’autorité et l’obéissance ont mauvaise réputation et beaucoup de parents craignent qu’elles brident la personnalité de leur enfant.

L’enfant est une personne qu’il faut écouter et encourager à s’exprimer certes mais l’enfant a aussi besoin que ses désirs soient canalisés. Les parents doivent lui mettre des limites et des interdits, ils doivent lui apprendre à supporter la frustration du principe de réalité.

L’enfant est idéalisé, il est admiré et écouté mais si son comportement dérape, il déçoit.

La sanction constitue le levier de l’autorité. Attention à la menace du retrait d’amour ( « maman est très déçue ») correspond à une menace d’abandon.

En revanche, donner (DON) une sanction permet à l’enfant de réparer sa bêtise et de purger sa peine.

Pourquoi crier ne sert à rien ?

L’autorité n’est pas la soumission : l’autorité, ça n’est pas crier sur l’enfant.

L’enfant obéit car il comprend ce que l’adulte attend de lui. Si l’adulte réussit à garder son calme sans renoncer à ce qu’il attend de son enfant, celui-ci acceptera d’obéir. C’est pourquoi l’autorité ne blesse pas la personnalité de l’enfant.

couverture-livre-il-est-permis-d-obeir-daniel-marcelli
Couverture du livre de Daniel Marcelli  « il est permis d’obéir : l’obéissance n’est pas la soumission » 2009 Albin Michel

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, lire Daniel Marcelli  « il est permis d’obéir : l’obéissance n’est pas la soumission »2009 Albin Michel

Qui suis-je ?

  • Je suis diplômée de l’université de Tours ( DESS de psychologie clinique et psychopathologie en 1999).
  • Je suis aussi diplômée de l’université Paris V (DU tests projectifs spécialité enfants-adolescents).
  • Psychologue référente Nataliance , Je travaille en collaboration avec les docteurs Tadjerouni, Harmas et Putin du Pôle santé Oreliance.

  • J’exerce depuis 15 ans auprès d’enfants et d’adolescents présentant des troubles graves des apprentissages ( SESSAD).
  • Par ailleurs, j’interviens dans le service de cancérologie de la clinique Oréliance à Saran. Je suis formée à l’accompagnement de patients atteints de cancer

 

L’aide psychologique pour les enfants et les adolescents.

  • Je suis formée à la passation de tests psychométriques pour le calcul des Quotients intellectuels (QI) et à l’analyse des potentialités et des difficultés de l’enfant. Ces tests permettent de déterminer les points forts et les points faibles de ses capacités.  Le test peut être un éclairage intéressant pour comprendre les difficultés présentées par l’enfant au quotidien face au travail. Il peut donner du sens et apporter une forme de soulagement. Il peut ouvrir des pistes de travail pour le soutien scolaire. Soit en orientant les efforts sur les points faibles soit en choisissant de développer  ses potentialités.

  • J’ai développé une longue expérience de travail auprès d’enfants et d’adolescents présentant des troubles graves des apprentissages. Ces enfants dyslexiques, dysorthographiques, dysgraphiques, dyspraxiques etc. sont sans cesse confrontés à leurs insuffisances. Ils ont besoin d’écoute et de soutien pour regagner confiance et développer les potentialités qui sont en eux.
    Dans ma pratique, j’ai rencontré des enfants souffrant d’hyperactivé et de troubles anxieux
    Tous m’ont appris que leurs difficultés n’avaient jamais qu’une cause. Tous m’ont appris que leur souffrance nécessitait une approche plurielle et cohérente: La thérapie associée à une rééducation en orthophonie ou des séances de relaxation peuvent être plus efficaces.
    Tous m’ont appris aussi qu’il fallait réfléchir en famille sur son vécu et ses blocages.
    Aussi, selon les situation je propose des entretiens familiaux ou des suivis individuels auprès de l’enfant.

L’aide psychologique pour les adultes

La vie moderne apporte beaucoup d’incertitudes et certains d’entre nous perdent leurs repères. Les vécus dépressifs, les symptômes anxieux, les conduites d’addiction variées (tabac, alcool, écrans etc.) se développent de plus en plus.

Prendre le temps de réfléchir sur soi, son histoire, ses choix et ses impasses est parfois indispensable.

La psychothérapie peut être un espoir pour apaiser ces souffrances psychiques.